De à Échelle

Le nombre de titres français par an augmente beaucoup au cours des siècles, de quelques titres au début de la bibliothèque (1537), à plusieurs dizaines de milliers de nos jours. Les effectifs sont à observer en tendance, car ils sont affectés par différents taux d’erreur qui se combinent. 7% des notices sont sans date, 11% n’ont pas de langue, le taux de documents sans nombre de pages (repérable automatiquement) est variable. Ce décalage est observable en comparant le nombre global de documents datés en français et ceux de plus de 0 pages. Le différentiel est rempli de titres sans description physique, sans nombre de pages dans la description, ou bien pour le XIXe et le XXe s., un nombre important de tirés à part. La variation du nombre moyen de pages reste cependant très significative des événements historiques (guerres, révolutions…), affectant une édition très concentrée à Paris. On remarque par exemple que l’agitation de la Fronde, de 1789 ou de 1848 produit beaucoup de titres de peu de pages (brochures) mais affecte beaucoup moins les nombre de titres de plus de 100 pages. Les guerres, par contre, affectent durement tous les genres éditoriaux (restrictions de papier, blocage de Paris).